L’Union Coopérative (Waremme)

En janvier 1940, l’Union Coopérative « La Justice », de Waremme, occupe une trentaine de personnes. Elle dispose dans la ville de:

  •  un magasin à l’avenue Reine Astrid
  • un magasin à la rue Hubert Stiernet
  • une boulangerie à la rue Gustave Renier
  • un commerce de charbon à la rue Gustave Renier

Les Vins et Liqueurs Mathéi (Waremme)

En janvier 1940, MATHEI Léopold exploite un commerce de vins et liqueurs, dans le virage de la rue Hubert Stiernet, à Waremme. (A cet emplacement se situera, plus tard, la sortie du parking communal).

Son fils, MATHEI Léopold (comme lui), est en pension à Tongres.

Les « harengs à la sauce blanche » de Wagner (Waremme)

En septembre 1944, Monsieur WAGNER habite rue Hubert Stiernet à Waremme, près du Pont du Geer. Il prépare les fameux « harengs à la sauce blanche », réputés dans toute la ville.

Funérailles de Léon Berger (Waremme)

Le 31 août 1944, à 16 heures, la foule se rassemble devant la maison de GIHOUSSE Marie, rue Hubert Stiernet à Waremme, pour la levée du corps de son fils BERGER Léon. Un discours est prononcé par LEGRAND Arthur, le directeur de l’Ecole Moyenne.

PEETERMANS Willy, SAUWENS André et les deux frères MOUREAU transportent le cercueil jusqu’au cimetière. Ils sont précédés par les élèves de l’Ecole Moyenne, qui voulaient accompagner leur instituteur jusqu’à sa dernière demeure. Suivent Simone (?), la fiancée de BERGER Léon, son frère, BERGER « Pierrot » et de nombreux membres du Réseau Otarie.

Au cimetière, MOUREAU Auguste, le directeur de l’Ecole Communale de Longchamps, évoque la carrière de du défunt. L’émotion est très vive.

Le corps de Léon Berger chez sa maman (Waremme)

Le 29 août 1944, vers 20 heures, la dépouille de BERGER Léon est transportée de la clinique Notre-Dame, située rue Joseph Wauters à Waremme, au domicile de sa mère, GIHOUSSE Marie, au n° 45 de la rue Hubert Stiernet.

Fernand Dethise, imprimeur (Waremme)

En août 1944, DETHISE Fernand est imprimeur à Waremme. Il est installé au bas de la rue Hubert Stiernet.

Funérailles de victimes du bombardement (Waremme)

Le 30 août 1944, à 10h45, dix cercueils de victimes du bombardement sont amenés sur des chariots du Collège Saint-Louis à l’église Saint-Pierre de Waremme. Les scouts les transportent à la croisée du transept.

La cérémonie est célébrée par le doyen AANDEKERK Guillaume, assisté de l’abbé RIGO Marcel, curé de la paroisse de Longchamps et du vicaire BRANDT Léonard.

A l’issue de celle-ci, les cercueils sont transportés au cimetière de la ville, par la rue Hubert Stiernet et la rue du Pont. Ils sont suivis par un interminable cortège. Chaque cercueil est dirigé vers la sépulture familiale. Certains, comme celui de BIERNA Henri, sont placés dans un caveau provisoire (celui-ci sera exhumé en 1945).

Le Verjus de Laval (Waremme)

En juin 1944, les Etablissements « Laval et Cie » sont installés dans le virage de la rue Hubert Stiernet. Leur spécialité est le « Verjus »: des raisins secs macérés dans du muscat, conservés dans de grands bocaux et que l’on déguste dans un verre à l’aide d’une longue cuillère.

Marie Gihousse, gérante (Waremme)

En 1941, GIHOUSSE Marie est la gérante du magasin de la Coopérative « La Justice », situé à la rue Hubert Stiernet à Waremme. Elle est la mère de l’instituteur et Résistant, BERGER Léon.

Léon Berger, instituteur (Waremme)

En 1941, BERGER Léon est instituteur à l’école communale de Longchamps à Waremme. Il habite au n° 45 de la rue Hubert Stiernet à Waremme.