Les funérailles d’Eugénie Baltazar (Grand-Axhe)

Le 30 août 1944, les funérailles de BALTAZAR Eugénie sont célébrées en l’église Saint-Denis de Grand-Axhe, par le curé de la paroisse, l’abbé COLLINS Julien. Elle est ensuite inhumée dans le cimetière du village.

Henri Bierna gagne sa dernière résidence (Waremme – Bressoux)

En juillet 1945, la dépouille de BIERNA Henri est exhumée du caveau provisoire dans lequel elle a été enterrée en août 1944, suite au bombardement de Waremme. Il est inhumé définitivement au cimetière de Bressoux.

Funérailles de victimes du bombardement (Waremme)

Le 30 août 1944, à 10h45, dix cercueils de victimes du bombardement sont amenés sur des chariots du Collège Saint-Louis à l’église Saint-Pierre de Waremme. Les scouts les transportent à la croisée du transept.

La cérémonie est célébrée par le doyen AANDEKERK Guillaume, assisté de l’abbé RIGO Marcel, curé de la paroisse de Longchamps et du vicaire BRANDT Léonard.

A l’issue de celle-ci, les cercueils sont transportés au cimetière de la ville, par la rue Hubert Stiernet et la rue du Pont. Ils sont suivis par un interminable cortège. Chaque cercueil est dirigé vers la sépulture familiale. Certains, comme celui de BIERNA Henri, sont placés dans un caveau provisoire (celui-ci sera exhumé en 1945).

Il faut mettre les biens des sinistrés à l’abri (Waremme)

Le 28 août 1944, après le bombardement de Waremme, les jeunes de la section locale de l’Aide et Reconstruction des Foyers Eprouvés par la Guerre (ARFEG) travaillent sous la surveillance de WEBER Jean-Baptiste.

Il décide d’entreposer les meubles et les objets de valeur, des immeubles touchés par les explosions, dans les locaux de l’ancienne centrale électrique.

En attendant, des gardes-champêtres et des gendarmes surveillent la zone sinistrée.

Fernand Lambert (Petit-Axhe)

Le 28 août 1944, pendant le bombardement de Waremme et de Grand-Axhe, LAMBERT Fernand se réfugie dans la tranchée de la prairie « FASTRE » à Petit-Axhe. Après celui-ci, il se rend dans le centre de Waremme, pour participer aux secours.

Il est marchand de charbon. Il est membre de la Protection Antiaérienne Passive. Il est membre de la fanfare cycliste « L’Agrément de la Pédale ».

Un poste de manoeuvre de l’ALE (Saives)

En 1944, GALAND  Théophile, dit « Tchof », et JACQUET Fernand sont employés par l’Association Liégeoise d’Electricité (ALE). Leur poste de manoeuvre est situé à Saives (?).

François Moës (Waremme)

En 1944, MOËS François habite le quartier de la Haute-Wegge à Waremme.

Irène Pétry, inconsciente (Waremme)

Le 28 août 1944, lors de l’explosion de la bombe à l’arrière de la maison de l’électricien PUTZEYS Louis, rue Gustave Renier à Waremme, la jeune PETRY Irène est allongée, inconsciente, sur des rondins, dans la tranchée qui a été creusée dans la propriété « DE LAFONTAINE ».