Le Résistants occupent les points stratégiques (Waremme)

Le 7 septembre 1944, vers 14 heures, une petite troupe de Résistants du Groupe « Otarie », commandée par NELIS Gaston, investit Waremme et occupe des points stratégiques:

  • LEJEUNE René et SAUWENS André s’installent dans les ruines du coin de la rue Gustave Renier, pour surveiller le carrefour du Centre.
  • THOMAS Jean-Baptiste, BOURS Jean, HERCKENS Jules et MISSOTTEN Hubert prennent position dans la pharmacie « GIELEN », de l’autre côté de ce carrefour.
  • MOUREAU Edmond et GODBILLE Maurice pénètrent dans l’Hôtel de Ville.
  • NELIS Gaston et PAPY Justin s’introduisent dans la gare.

La magasin « Point Carré » va déménager (Waremme)

En mars 2016, les responsables du magasin de vêtements « POINT CARRE », situé au n° 16 de l’avenue Reine Astrid, à Waremme, annoncent qu’il s’installera prochainement en bordure de la Chaussée Romaine, dans les anciens bâtiments du pépiniériste « GARDEN ABEELS ».

Deux autres enseignes devraient s’installer dans ce complexe: l’opticien « ALAIN AFFLELOU » et « V. PHARMA ».

Nelly Renard, infirmière (Waremme)

En septembre 1944, RENARD Nelly est infirmière à la clinique Joseph Wauters de Waremme. C’est une petite dame chétive, mais énergique.

Charles Vanhoren, machiniste (Waremme)

Le 1er septembre 1944, le machiniste VANHOREN Charles, blessé lors du déraillement du train « MITROPA », en gare de Waremme, est emmené à la Clinique Notre-Dame. Il devra subir une opération chirurgicale. Il restera hospitalisé jusqu’au 9 septembre 1944.

Auguste Thysen, blessé (Waremme)

Dans la nuit du 31 août au 1er septembre 1944, le machiniste THYSEN Auguste, blessé lors du déraillement du train « MITROPA », est d’abord transporté à la ferme de DOUCET Jules, rue des Champs à Waremme. Il sera ensuite conduit à la Clinique Joseph Wauters.

Un dépôt pour les secouristes (Waremme)

En août 1944, un dépôt de bandages et de médicaments, destinés aux secouristes de Waremme, est établi chez Mademoiselle DENIS, au n° 22 de la rue Ernest Malvoz. Le matériel médical est entassé dans d’énormes malles en osier.

Eli Fraipont et les secouristes (Waremme)

En 1944, FRAIPONT Eli est chargé de rameuter les secouristes de Waremme, en cas de nécessité, sur base d’une liste. Il fait sa tournée à vélo

La dépouille de Charly Lambert, au Collège (Waremme)

Le 30 août 1944, la dépouille du dentiste LAMBERT Charly, décédé lors du bombardement de la ville, est ramenée dans la grande salle du Collège Saint-Louis de Waremme.

Le corps de Léon Berger chez sa maman (Waremme)

Le 29 août 1944, vers 20 heures, la dépouille de BERGER Léon est transportée de la clinique Notre-Dame, située rue Joseph Wauters à Waremme, au domicile de sa mère, GIHOUSSE Marie, au n° 45 de la rue Hubert Stiernet.