Fernand Lambert (Petit-Axhe)

Le 28 août 1944, pendant le bombardement de Waremme et de Grand-Axhe, LAMBERT Fernand se réfugie dans la tranchée de la prairie « FASTRE » à Petit-Axhe. Après celui-ci, il se rend dans le centre de Waremme, pour participer aux secours.

Il est marchand de charbon. Il est membre de la Protection Antiaérienne Passive. Il est membre de la fanfare cycliste « L’Agrément de la Pédale ».

Léon Berger, gravement blessé (Waremme)

Le 28 août 1944, après l’explosion de la bombe, rue Joseph Wauters, devant le Café « Aux Sports », BERGER Léon est étendu le long du parterre de fleurs qui entoure le Monument aux Morts de 1914 – 1918, de la Place du Roi Albert 1er. Son visage est tourné vers le ciel. Il est immobile, le yeux mi-clos. Une mare de sang se répand sous sa tête. Il respire faiblement.

BRONCKAERS Marcel et VRANKEN Marie-Louise le conduisent chez le docteur HONLET, rue Joseph Wauters. Tout le matériel du médecin étant brisé, il conseille de la transporter à la Clinique Notre-Dame, toute proche.

Les « téméraires » de la Place Albert 1er (Waremme)

Le 28 août 1944, lors de l’explosion de la bombe, rue Joseph Wauters, devant le Café « Aux Sports », BERGER Léon se trouve Place du Roi Albert 1er, sur la gauche du Monuments aux Morts de 1914 – 1918. GOVAERT Désiré, dit « Gueuguette » et COUNE Adolphe sont abrités, derrière celui-ci.

Une troisième explosion. Le centre est touché (Waremme)

Le 28 août 1944, à 18h15, une bombe percute le sol face à la Pharmacie « Gielen », à l’angle de la rue Zénobe Gramme et de la rue Joseph Wauters. Etant équipée d’un détonateur à retardement d’une dizaine de secondes, elle n’explose pas immédiatement. Elle rebondit le long de la rue Joseph Wauters, puis commence à tourbillonner au milieu de la chaussée. Elle glisse vers le trottoir, entre le Café « Aux Sports » et la Banque de Bruxelles.  Elle explose …

MARCEL Mottard, qui était dans la rue, est projeté dans la vitrine de l’ébéniste « LALLEMAND ». BERGER Léon, qui était sur la Place Albert 1er, est soulevé de terre et projeté la tête la première contre le soubassement en pierre du Monument aux Morts de 1914 – 1918. CLOOTS Gustave est soulevé de terre et retombe lourdement sur une bordure de trottoir. Le Café « Aux Sports » est dévasté.

Quelques « téméraires » (Waremme)

Le 28 août 1944, après l’explosion d’une première bombe dans le champ de MORIA Albert, à Waremme, BERGER Léon, COUNE Adolphe et BIERNA Henri se précipitent hors du Café « Aux Sports », rue Joseph Wauters, s’avancent sur la Place du Roi Albert 1er et se dirigent vers le Monument aux Morts de 1914 – 1918, pour mieux voir ce qui se passe. Rapidement, BIERNA Henri revient se mettre à l’abri au Café.

Deux acteurs de Waremme

En août 1944, SCHLUSMANS Georgette et ROBERT André, le fils du poêlier de la rue du Pont, font partie d’une troupe théâtrale de Waremme, qui donne régulièrement des représentations au profit des prisonniers belges en Allemagne.

Une table de bridge au Café « Heine » (Waremme)

Le 28 août 1944, NOBEN Albert, LAMBERT Jules assureur à Oleye, VANAKEN Pierre et PÂQUES Henri jouent au bridge au Café « Aux Sports », rue Joseph Wauters à Waremme.

Une table de bridge au café « Heine » (Waremme)

Le 28 août 1944, le vétérinaire BATAILLE Raymond, le cultivateur de Viemme CHABOT Léon, DARBE Paul de Celles et FRANKENNE Jules jouent au bridge au Café « Aux Sports », rue Joseph Wauters à Waremme.

Une table de bridge au Café « Heine » (Waremme)

Le 28 août 1944, les avocats de la rue Gustave Renier à Waremme, LANGE Félix et PIQUET Georges, jouent au bridge au Café « Aux Sports » de la rue Joseph Wauters, avec MASSILLON Emile et le dentiste DUBOIS Paul.

Observent la partie:

  • COUNE Adolphe, entrepreneur de travaux public, de la rue Joseph Wauters
  • LANGE Félix
  • GLADE Joseph, dit « Paille »